Return to site

On se pâmera pour Pamera !

Atteinte d'un handicap invisible à la naissance, Pamera est devenue une sprinteuse hors norme...et un sérieux espoir français pour les JO de 2024.

Pamera naît à Paris le 28 août 2002. Entre ses parents dont un souhaitait l'appeler Laura et l'autre Pamela, décision est prise pour ce joli mix original : Pamera !

Dès les premiers mois, les parents s'aperçoivent que quelque chose cloche dans sa compréhension. Ils en font part au pédiatre qui leur répond "Votre fille a marché à 8 mois, elle ne peut tout faire en même temps !".

Elle a 2 ans quand le verdict tombe enfin : Pamera est atteinte de surdité aigue. Commence une longue et lourde période d'interventions médicales, notamment l'installation d'un implant dans son oreille gauche.

Cela n'empêche pas la tonique petite fille de faire du sport. Au contraire : l'activité physique s'avère indispensable à son épanouissement."Dès 3 mois, elle était aux bébés nageurs avant de poursuivre la natation jusqu’à ses 8 ans. Comme elle se sentait un peu isolée dans l'eau, elle s'est tournée vers l'athlétisme"se souvient Yolène, sa maman.

" En CM1, j'ai fait la course avec d'autres élèves et un animateur. Ils m'ont tous dit : mais tu cours vraiment trop vite ! Ce fut un déclic."sourit Pamera.

D'année en année, sa spécialité se précise : l'admiratrice d'Usain Bolt, qui partage les racines guadeloupéennes de Marie-José Perec et Christine Arron, est une bombe en sprint, 60/100 m en salle ou 100/200 m plein air. Aujourd'hui, son mètre 78, ses jambes interminables et son mental solide, lui apportent des résultats prometteurs dont plusieurs records de France.

"Son handicap lui permet d'être plus concentrée que les autres, notamment dans les starting-blocks."

Sportive de haut niveau

Depuis septembre 2018, malgré ses 16 ans, Pamera est hébergée à l'INSEP qui n'accueille normalement que des adultes. Et son entraineur place en elle beaucoup d'espoirs. "Même s'il ne maîtrise pas la langue des signes, nous arrivons bien à nous comprendre."raconte Pamera. A la voir courir de façon si féline et aérienne, surclassant souvent la 2ème coureuse, on identifie son formidable potentiel sportif. Mais pour parer aux éventuels aléas physiques, grâce à des horaires aménagés et une "codeuse" qui, comme sa maman, pratique le LPC (langage parlé complété), Pamera suit une formation professionnelle de prothésiste dentaire à Paris, où elle se déplace maintenant en toute autonomie.

Travailleuse, patiente, persévérante et redoutablement calme, la sprinteuse ne se met pas de pression inutile. Son handicap lui permet même paradoxalement d'être meilleure que d'autres, notamment dans les starting-blocks. "Je dois me concentrer deux fois plus pour entendre le top de départ, alors je le rate moins souvent"remarque-t-elle.

Quant à son club d'athlétisme de Franconville - elle habite dans le Val d'Oise - il connaît la valeur de celle que certains ont baptisé "la nouvelle reine du sprint", rapide comme le guépard, son animal fétiche.

Pamera est aujourd'hui comme toutes les autres ados. Fan de réseaux sociaux et de shopping, elle adore aussi voyager pour ses événements sportifs. Parmi eux, le Festival Olympique de la Jeunesse Européenne en juillet 2019, à Bakou en Azerbaïdjan.

" Sa joie de vivre est une belle revanche sur la vie"conclut en couvant des yeux son ex- petite fille fragile devenue grande championne.

PALMARES

  • 2019 : Championne de France cadette en salle 60m & 200 m - record de France U18 au 100 au 60 m avec 7"38.
  • 2018 : Championne de France cadette en salle 60m - Vice-Championne d'Europe U18 au 100 au 60 m. 5ème place aux JO de la jeunesse à Buenos Aires
  • 2017 : record de France minime du 50 m (6"42) et du 100 m (11"81)
All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly