Return to site

Julie Royal,

princesse des

mots.

En écrivant des poésies, cette Savoyarde de 18 ans nous rappelle qu'entre autiste et artiste, il existe une seule consonne de différence. Et entre les deux, mille et un mots qui dansent.

Rencontrer Julie c'est d'abord rencontrer son sourire. Immense et lumineux, il jaillit quand elle nous voit arriver depuis la fenêtre de l'Institut médico éducatif où elle réside depuis deux ans. Elle est tellement heureuse d'être interviewée, sous le regard bienveillant de sa maman, qu'elle accepte de se laisser embrasser. Même si comme beaucoup d'autistes, cela l'incommode.

Mains posées bien à plat sur la table, Julie se prête au jeu avec une maturité et une application impressionnantes. Elle n'élude aucune question et acceptera de lire quelques poèmes, avec plus de gêne que de fierté.

Enfance tourmentée

Son histoire, Véronique, sa maman douanière à Chambéry, nous l'a un peu raconté : une naissance à Houston (Texas) en 1999 alors que son père y était alors post-doctorant en chimie ; des difficultés de communication et d'adaptation aux règles sociales ; des "spécialistes" qui culpabilisent la mère ou émettent des diagnostics à côté de la plaque. Des aléas scolaires et beaucoup de questionnements familiaux jusque la découverte, à plus de 9 ans, de ce qui l'atteint : le syndrome Asperger.

L'enfance de Julie est donc marquée par les doutes, les cris, les paniques, les larmes et le harcèlement de certains camarades ; et les regards réprobateurs des adultes quand elle entrait dans des crises ou des colères violentes. Car, comme 80% des handicaps, celui-ci ne se voit pas.

Mais l'enfance de Julie c'est aussi des moments de joie et de fierté.

Comme son étonnante faculté de donner, en une fraction de seconde, le jour de la semaine précis de toutes les dates des décennies précédentes. Un simple jeu pour sa mémoire supersonique...

Comme l'admiration émerveillée de son institutrice de CM2, à la lecture de son poème de fête des mères. En l'évoquant, sa maman en a les yeux à marée haute.

"j'ai toujours peur de mal me comporter, peur de mes obsessions, peur de décevoir et de gâcher tout. J'ai peur des mauvais souvenirs qui remontent. Dans ces cas là, j'essaie de convoquer mes bons souvenirs"

Le goût des mots justes

C'est d'ailleurs de poésie dont nous parlons d'emblée. Car Julie aime les mots. En dehors des poèmes qu'elle écrit comme elle respire, ou comme une musicienne, elle cherche aussi, quand elle parle, à être au plus près de ce qu'elle veut exprimer.

Pourquoi écrire ? "Ca me fait plaisir et ça m'occupe" répond-elle avec simplicité.

Car Julie est une sage aux plaisirs simples : "J'aime me baigner, manger, me faire masser, écouter de la musique (Vianney, Ed Sheeran, Vivaldi...) et danser ! Et par dessus tout, ma famille et mon chat Pilou." Julie adore aussi voyager, avec sa petite soeur Alice et ses parents : New-York, le Lac Majeur, Londres ou la Croatie cet été.

Elle évoque aussi ses nouveaux amis : Ambre, Emma, Alexandrine, Benjamin..."Ici, ils ne me laissent pas tomber et j'ai moins peur du jugement."

AUTISME

J'y suis entrée petite dans ma différence,

Pourtant je n'en avais pas connaissance.

J'écris pour la tolérance

Car parfois je vis dans la maltraitante.

Vous vous demandez ce qu'est un autiste,

Il fait souvent partie du monde des artistes.

Vous ne comprenez pas sa manière de voir,

Mais il vous impressionne avec sa grande mémoire.

L'autisme nous a donné un différent cerveau

Qui a vraiment horreur de tout ce qui est nouveau.

Mais quand on le rassure c'est le plus beau des cadeaux.

Mes jours débordent souvent d'angoisses et de stress,

Normalement j'appelle au secours mon AVS

Même si autrefois j'étais quand même dans la détresse

Ce dont je souffre énormément c'est qu'on me délaisse

Si vous avez peur de m'en parler,

Sachez que je n'aurai pas peur de vous l'expliquer.

Julie Royal

 

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly