Return to site

Handicap au mont Olympe...

La championne handisport de snowboard, membre de l'équipe de France Douane, raconte son histoire. Un parcours où se mêlent immenses douleurs et splendides victoires.

"Championne", "résiliente", "super maman", "acharnée", "loyale", "volontaire", "business woman", "écrivain", "journaliste"....Quand on rencontre Cécile, les qualificatifs volent comme la poudreuse au passage de son snowboard.

ADN sportif

Cécile nait en 1974 à Perpignan. Maman aveyronnaise et papa Catalan du sud. "Une langue que j'aime parler : chez nous, on cultive la catalinité" sourit-elle. Scolarité réussie jusqu'à un bac+5 en communication et sciences du langage. Parallèlement, Cécile fait du sport. Beaucoup de sport.

" J'ai marché à 9 mois, été posée sur des skis à 2 ans. J'étais tonique, casse-cou, assez garçon manqué. Mes parents et mes deux grands frères étaient très sportifs et je les suivais partout. »

Passionnée, la jeune catalane évolue très vite dans le ski, le volley-ball puis le BMX qu'elle pratique en compétition dès 11 ans.

Elle découvre le snowboard à 22 ans. Sauts, vitesse, adrénaline...le coup de foudre est immédiat.Elle le pratique 4 ans et participe à de nombreuses compétitions nationales et internationales.

En 2000, Cécile s'installe à Perpignan pour travailler dans la communication. Apparaissent d’inexplicables symptômes : perte de la vue, picotements... « Les médecins l’ont mis sur le compte de la fatigue »résume Cécile sans s’attarder.

Effectivement épuisée, la Catalane démissionne, créé sa propre entreprise et se construit rapidement un beau succès dans l’événementiel sportif. « Mon père m'a transmis l'audace et le goût d'entreprendre.».A la réussite professionnelle se greffe l’épanouissement amoureux : en avril 2001 Cécile rencontre Frédéric qui deviendra son mari.

Quand tout s’effondre

Malgré quelques soucis, tout va bien. « Même quand ça n’allait pas, de toute façons, je tendais les épaules et souriait à la vie, comme m’a mère m’a toujours appris".

Jusqu'au 20 octobre 2002.

"Un matin je me lève et je tombe ; me relève et retombe. Mes jambes s'effondraient…et moi avec. J’ai alors crié et le cauchemar a commencé".

Quelques jours plus tard, le diagnostic tombe : « Sclérose en plaque. Peut-être ne marcherez-vous plus jamais".

Sa mère y perdra son sourire d'amazone. Pourquoi maintenant et si brusquement ?

Cécile n'a que des suppositions, comme ce vaccin contre l'hépatite B pris quelques jours avant...Mais à quoi bon. La snowboardeuse ne regarde pas dans le rétroviseur et ne s'épargne pas : " Moi qui étais un peu superficielle, assez gâtée pourrie, cela m'a fait redescendre direct».

Après le verdict, il y eut 7 semaines d'hôpital et 16 mois de rééducation.

Et une nouvelle vie sans sport et sur un fauteuil roulant.

"Il a fallu faire le deuil de ma vie d'avant. Malgré un soutien familial et amical parfait, ce fut un déchirement. Frédéric aussi a été incroyable ; il m'a aidée à manger, m'a portée...".

Quant au boulot, c'est aussi la cata. "Toutes ces valeurs et ressources injectées dans l'entreprise...ça s'est arrêté du jour au lendemain" soupire-t-elle.

Seul phare dans cet océan noir, la maman avec qui la jeune femme vit une relation fusionnelle depuis toujours. « Elle venait me voir tous les jours, sa présence a tellement compté... »

Mais Cécile déprime. L'aspect dégénératif et les symptômes visibles et invisibles liés à la maladie sont si lourds à porter qu’un jour elle décide d'en finir. Et échouera. Fort heureusement.

Progressivement, elle va trouver dans l'écriture un exutoire, une thérapie. « Cela a remplacé le sport ; je boxais avec les mots » !

En 2005, après 3 ans sans marcher, Cécile découvre et expérimente la thérapie énergétique, une médecine douce qui utilise les énergies vitales de chacun. Et peu à peu, à force d’acharnement et de travail avec son kiné...elle remarche ! Avec une canne. Puis sans. Une première victoire, avant beaucoup d'autres.

L’espoir revient donc peu à peu et la jolie Catalane tombe enceinte. C’est la joie.

Mais menacée d'une fausse couche, elle doit rester alitée le temps de la grossesse. Elle écrit alors son deuxième livre. "Comme une grande lettre adressée à la petite. Je savais qu’elle serait l’objet des regards, des jugements, des insultes même, comme je l’ai été».

Victoire-Eléonore nait en septembre 2007. Malheureusement, peu après, Cécile perd brutalement sa maman, devenant orpheline de celle qui était sa meilleure amie, sa boussole, son référent....

« Elle m'avait toujours soutenue partout où j'allais. Depuis ma tendre enfance, elle me redressait dès que je vacillais. Alors j’ai "dévrillé" : je ne mangeais plus, pesais 36 kilos, plongeais en déprime...Et puis c'est le sursaut : la jeune femme quitte ses attaches et part à Paris.

Un rêve enfin réalisé

Peu à peu, elle est amenée à prendre la parole sur le handicap, notamment invisible. En 2010 puis en 2015, elle est invitée par Thierry Ardisson dans son émission "Salut les Terriens" ; intervient ensuite comme conférencière au sein de grands groupes pour sensibiliser au handicap.

Avant d'accéder à l'un de ses rêves d'enfants : devenir journaliste chroniqueuse. Pour Europe 1 et avec succès.

Désireuse de travailler en presse écrite, la Catalane y va au culot et parvient à convaincre le Directeur du Figaro de l'envoyer couvrir les Jeux paralympiques de Londres. " C’était épuisant mais passionnant. Entre mes actions de sensibilisation et mes articles, j’avais trouvé un équilibre ».

Handisport et médailles en cascade

En décembre 2013, lors d'un événement organisé pour la presse sportive, elle rencontre des personnes de l’équipe de France de sports de glisse.

"J’avais fait le deuil de la montagne. Mais ils m’ont encouragé à réessayer. Je suis donc remontée sur un snowboard. Je planais, je glissais à nouveau ! Que d'émotions d'un coup... Après 10 ans sans sport, j’étais tellement en manque d’adrénaline ! "

Tout va vite ensuite, comme souvent avec Cécile : rencontre avec le directeur de l’équipe de France handisport, intégration dans l'équipe, succès aux Championnats du monde puis départ pour ses premiers Jeux paralympiques de Sotchi dont elle ramène directement l'argent !

Bien sûr, les entrainements sont douloureux, les blessures fréquentes et l'épuisement constant à certaines périodes. Bien sûr, la préparation physique doit en permanence composer avec les pics de crise. Mais aujourd'hui Cécile a renoué avec le sport, les sensations et la compétition ; se dit même plus heureuse encore que dans sa vie d'avant.

Et elle se bat. Pour parler du handicap invisible, participer à la recherche contre la sclérose en plaque. Et faire vivre les valeurs transmises par sa maman dont l'alliance brille à son cou : politesse, respect des autres, loyauté, joie, efforts, générosité...

"Elle m'a aussi toujours incitée à réussir ma vie de femme, à conserver mon indépendance. Et m'a enseignée la persévérance, répétant toujours : quand on veut, on peut".

Un diction que Cécile incarne, au sein de l'équipe de France Douane, de la plus merveilleuse des façons.

"C'est un honneur et une fierté pour moi de figurer parmi les 31 athlètes de haut niveau de la Douane et de représenter la filière handisport."

Mini Bio

  • 1985-1995 : BMX en compétition
  • 1996-2000 : Snowboard en compétition de haut niveau.
  • Octobre 2002 : atteinte de sclérose en plaque, elle perd l’usage de ses jambes pendant 3 ans
  • 2008 : publie "La guerre des nerfs", aux éditions du Rocher
  • 2009 : publie "Qu'est ce qu'elle fait maman ?" (idem)
  • 2010 : part vivre à Paris et devient consultante conférencière sur le handicap
  • 2011 : journaliste chroniqueuse pour Europe 1
  • 2012 : couvre les Jeux paralympiques de Londres pour le Figaro.
  • 2013 : reprend le snow board en handisport à la station des Angles(66)
  • 2014 : médaille d'argent aux jeux paralympiques de Sotchi ; Chevalier de l'ordre national du Mérite
  • 2015 : championne du monde
  • 2015-2017 : vice championne du monde
  • Janvier 2017 : intègre l'équipe de France Douanes
  • 2018 : vice-championne aux Jeux Paralympiques de Pyeongchang.
All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly